Les larmes creusaient les tranchés,


Sur son visage crispé.

 


De sa bouche,


Coulait le sang des innocents


Qui tombaient


Les uns après les autres


Devant les canons.




Ses yeux,


Etaient emplis de haine et de tristesse,


Qui détruisaient,


Comme d'un coup d'épée,


Le coeur des survivants


Qui comme désarmés,


Voyaient mourrir leurs frères


A leurs pieds.




Sur son visage,


Ténébreuse et cruelle....


La guerre